Comprendre l’esprit militaire arabe

Pour gagner une guerre, il est essentiel de définir des objectifs. Cela est particulièrement vrai pour les combats qui se déroulent actuellement à Gaza et au Liban. En essayant de trop en faire – ou en s’accrochant à des buts inaccessibles –, le résultat se résume à l’échec et très certainement à la déception.

En l’occurrence, il est faux de penser qu’Israël peut anéantir le Hezbollah ou l’éliminer en tant qu’entité politique et militaire. Prétendre le contraire apporte de l’eau au moulin du Hezbollah, de la Syrie et de l’Iran, qui tiennent à qualifier leur victoire de « survie » du Hezbollah.

Qualifier une victoire de simple survie est un schéma typique, à la fois déplorable et judicieux, de la politique arabe (et iranienne). Déplorable, parce qu’en s’attaquant à des forces supérieures, il est voué à la catastrophe, comme ce fut le cas pour la Guerre des Six jours de 1967, la provocation de Saddam Hussein aux États‑Unis et son offensive contre l’Iran, le combat interminable et toujours perdant de Yasser Arafat, etc. Du côté arabe, les pertes humaines et matérielles sont considérables. C’est ce qui se passe une fois de plus dans le cas du Liban et des Palestiniens.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/FAKwPkN/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.