Greek Prime Minister Alex Tsipras Martin Schulz/Flickr

La Grèce sans les illusions

ATHÈNES – « Un remaniement gouvernemental minime, et plus coûteux que jamais dans l’histoire de la Grèce. » Voilà une manière de décrire précisément l’issue des élections législatives grecques du 20 septembre dernier. En effet, à quelques exceptions près, les mêmes ministres ont fait leur retour aux mêmes postes, dans le cadre d’une administration soutenue par une étrange coalition identique à la précédente (composée de la gauche de Syriza et de l’aile droite plus réduite du parti des Grecs indépendants), qui a réuni un nombre de voix légèrement inférieur à celui qu’avait rallié la précédente administration.

Or, cette apparence de continuité est tout à fait trompeuse. Bien que le pourcentage d’électeurs favorables au gouvernement soit resté quasiment inchangé, 0,6 million des 6,1 millions de Grecs qui avaient voté lors du référendum du 5 juillet autour de la poursuite de prêts dits « extend and pretend », étroitement associés à une austérité rigoureuse, ne se sont pas présentés aux urnes. La perte d’un si grand nombre d’électeurs, en un peu plus de deux mois, signale un changement d’humeur considérable au sein de l’électorat, qui est passé de la passion à la résignation.

Ce changement reflète le mandat brigué et obtenu par le Premier ministre Alexis Tsipras. En janvier dernier, époque à laquelle j’exerçais à ses côtés, ne demandions aux électeurs d’appuyer notre détermination visant précisément à mettre un terme à ces renflouements « extend and pretend », qui avaient plongé la Grèce dans un trou noir, et fait office de modèle des politiques d’austérité appliquées en Europe. Voici désormais que le gouvernement réinstallé le 20 septembre poursuit le mandat inverse : œuvrer pour la mise en place d’un programme de sauvetage « extend and pretend » – revirement le plus toxique qui soit.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/wkB5TAa/fr;
  1. China corruption Isaac Lawrence/Getty Images

    The Next Battle in China’s War on Corruption

    • Chinese President Xi Jinping knows well the threat that corruption poses to the authority of the Communist Party of China and the state it controls. 
    • But moving beyond Xi's anti-corruption purge to build robust and lasting anti-graft institutions will not be easy, owing to enduring opportunities for bureaucratic capture.
  2. Italy unemployed demonstration SalvatoreEsposito/Barcroftimages / Barcroft Media via Getty Images

    Putting Europe’s Long-Term Unemployed Back to Work

    Across the European Union, millions of people who are willing and able to work have been unemployed for a year or longer, at great cost to social cohesion and political stability. If the EU is serious about stopping the rise of populism, it will need to do more to ensure that labor markets are working for everyone.

  3. Latin America market Federico Parra/Getty Images

    A Belt and Road for the Americas?

    In a time of global uncertainty, a vision of “made in the Americas” prosperity provides a unifying agenda for the continent. If implemented, the US could reassert its historical leadership among a group of countries that share its fundamental values, as well as an interest in inclusive economic growth and rising living standards.

  4. Startup office Mladlen Antonov/Getty Images

    How Best to Promote Research and Development

    Clearly, there is something appealing about a start-up-based innovation strategy: it feels democratic, accessible, and so California. But it is definitely not the only way to boost research and development, or even the main way, and it is certainly not the way most major innovations in the US came about during the twentieth century.

  5. Trump Trade speech Bill Pugliano/Getty Images .

    Preparing for the Trump Trade Wars

    In the first 11 months of his presidency, Donald Trump has failed to back up his words – or tweets – with action on a variety of fronts. But the rest of the world's governments, and particularly those in Asia and Europe, would be mistaken to assume that he won't follow through on his promised "America First" trade agenda.