Le taux de change n'a pas sa place dans les négociations commerciales

WASHINGTON, DC – Il est indéniable que commerce et taux de change sont étroitement liés. Pour autant, les dispositions concernant les politiques nationales de taux de change ont-elles leur place dans les accords sur le commerce international ?

Certains économistes pensent que oui. Simon Johnson par exemple a dit récemment que les grands accords régionaux comme le Partenariat transpacifique devraient servir à dissuader les pays participant d'intervenir sur le marché des changes pour éviter une appréciation de leur devise ; et un autre économiste, Fred Bergsten, a développé une idée similaire. Mais le Trésor américain et le Bureau du représentant américain au commerce restent sur leur position : ils ne veulent pas mélanger questions macroéconomiques et négociations commerciales.

Pour le moment, les institutions internationales qui interviennent dans ces deux secteurs, à savoir l'OMC (Organisation mondiale du commerce) et le FMI, ne peuvent réagir efficacement à une possible manipulation des devises. Intégrer des mesures macroéconomiques qui affectent les taux de change dans les négociations commerciales supposerait que

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/vLVHHCR/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.