Jouer avec la démocratie

Le démocratie est censée être en marche au Moyen-Orient. Pourtant, les dictateurs arabes ont peur de la véritable démocratie, avec ses libertés civiles et ses élections libres, alors ils font apparaître comme par magie des potions visant à protéger le status quo par la sélection partielle de modèles politiques occidentaux auxquels ils ajoutent une certaine interprétation religieuse pour garantir la patine de légitimité islamique.

L’Arabie saoudite correspond parfaitement à cette description. Ses dirigeants, parmi les plus autocratiques du monde, répètent que la démocratie est incompatible avec l’islam. Ils préfèrent donc employer le terme de « gouvernement participatif ».

Cependant, une majorité de spécialistes musulmans, des hommes éminents dont le Cheik The d’Al Azar au Caire et le Cheik Karadaoui, Qatari très influent, pensent que l’islam est compatible avec la démocratie, du moins dans le sens où ils la définissent : respect de la primauté du droit, égalité entre les citoyens, distribution équitable des richesses, justice et liberté d’expression et de réunion. Ce qui reste discutable et problématique est le droit des citoyens à choisir leurs dirigeants.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/58L7gE3/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.