0

Vers une Europe agrandie

Comme le souligne le document sur la sécurité européenne adopté en 2003, " Il est dans l'intérêt de l'Union Européenne de promouvoir, sur ses frontières, un arc de pays bien gouvernés avec lesquels elle pourra avoir des relations étroites et fondées sur la coopération ". La Commission européenne développe actuellement ce principe sous la forme d'une " Initiative de l'Europe agrandie "

Mais l'Initiative ne peut pas tenir ses promesses tant qu'elle reste confinée dans la bureaucratie de Bruxelles. Elle doit devenir une initiative politique. L'UE doit tendre la main à ses voisins moins développés. Il s'agit là d'un enjeu crucial pour l'Europe, qui ne pourra pas aboutir sans un soutien politique et financier adéquat.

L'adhésion constitue l'instrument le plus puissant dont dispose l'UE pour influencer les développements politiques et économiques dans les pays limitrophes. Malheureusement, les problèmes créés par l'agrandissement actuel ne permettent pas d'offrir l'adhésion à des pays autres que ceux dont la candidature est actuellement prise en considération, à savoir la Bulgarie, la Roumanie, la Turquie et peut-être les pays balkaniques.

Dans le passé, la voie vers l'adhésion était jalonnée d'Accords d'association. Les pays se trouvant aux frontières de l'Est et du Sud de l'Europe ont pour principale caractéristique de manquer des nombreux attributs requis pour l'adhésion. L'Initiative de l'Europe agrandie vise à développer ces attributs. Les Accords d'association, bien que désirables, risquent de ne pas être adaptés, comme l'indiquent les expériences dans les Balkans menées par l'UE.