Il faut reprendre le cycle de Doha

La suspension depuis juillet du cycle de Doha de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) est profondément décevante. Si théoriquement le cycle n'est pas abandonné, en pratique les lobbies accrochés au statu quo ont remporté la manche.

Pourtant le statu quo est inacceptable. Dans le domaine de l'agriculture, il protège les fermiers riches du monde en privant les pauvres d'occasions de vendre, ce qui coûte en plus quelque 280 milliards de dollars aux contribuables et aux consommateurs. Dans le domaine de l'industrie, il dissuade les pays pauvres d'escalader la chaîne des valeurs ajoutées puisque les tarifs douaniers appliqués à leurs exportations augmentent avec le degré de transformation des produits.

Les barrières entre pays en développements sont aussi particulièrement hautes, ce qui empêche une croissance rapide du commerce entre eux. Dans le secteur des services, les barrières commerciales interdisent toute amélioration de la qualité et de l'efficacité, ralentissant la croissance d'un secteur qui pourrait énormément compter en termes de compétitivité et d'emplois.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Apnt9zX/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.