0

L'Occident contre le reste du monde ?

Les attentats à la bombe de Madrid ont amené aux portes de l'Europe le fléau du terrorisme. Le 11 mars représente désormais la version européenne du 11 septembre américain. Toutefois l'Amérique et l'Europe semblent souvent ne pas voir le monde avec les mêmes yeux : la réponse de l'Espagne aux attaques terroristes, une menace qui touche toutes les démocraties, a été d'élire un gouvernement promettant de mettre fin à la politique proaméricaine en Irak. Doit-on donc comprendre que l'Europe et les Etats-Unis ont des visions considérablement différentes ?

La division apparente sur la politique extérieure s'explique en partie par un malentendu sur la nature de " l'Europe ". Le projet européen représente la réponse d'un réaliste à la mondialisation et à ses défis. Il a été lancé pour créer des " solidarités de fait ", promouvoir la stabilité politique et consolider la démocratie et le modèle social de l'Europe. Ayant atteint ces objectifs, l'Europe souhaite désormais apporter une contribution positive aux développements du monde.

Il ne s'agit pas là de nostalgie envers une gloire passée. Un degré sans précédent de solidarité traverse désormais l'Europe, se manifestant par exemple dans le deuil collectif et les effusions de compassion envers l'Espagne ; nous devons nous appuyer sur ce vaste potentiel pour créer une logique de solidarité dans le monde.

Les Etats-Unis, également victimes d'une attaque horrible, se sentent attirés vers le monde, sans aller jusqu'à promouvoir un modèle similaire de coopération. En défendant leurs valeurs et leur sécurité, les Américains s'évertuent plutôt à défendre le monde, tout particulièrement le monde occidental, de nouvelles menaces sombres. L'idéalisme messianique qui a délivré l'Europe du nazisme et a protégé l'Europe occidentale du communisme est désormais dirigé vers d'autres ennemis.