2

Un remède alternatif à l’assainissement budgétaire ?

BRUXELLES – Oubliez la falaise fiscale. La vraie question est la montagne fiscale. Selon le Fonds monétaire international, réduire le ratio dette publique sur PIB à un niveau sans danger représente un défi de grande ampleur pour la plupart des pays avancés.

En Europe, de nombreux gouvernements, qui se sont engagés sur la voie de l'assainissement budgétaire alors que leurs économies étaient encore faibles, sont maintenant aux prises avec les répercussions sur la croissance. En conséquence, la stabilisation de la dette semble être une cible de plus en plus difficile à atteindre.

Aux États-Unis, l’assainissement a à peine commencé. Parce que l'économie privée est maintenant plus forte, le pays peut bénéficier de conditions plus favorables en terme de croissance, mais l'ampleur de l'austérité budgétaire nécessaire – plus de dix points de pourcentage du PIB, selon le FMI – est effrayante. Au Japon, rien n'a été fait à ce jour et l'importance de l'effort requis défie l'imagination.

Officiellement, tous les gouvernements des pays avancés restent engagés à accepter la douleur de l'ajustement. Mais combien d’entre eux s’épuiseront avant que ce programme soit réalisé dans son intégralité ? Volontairement ou non, certains peuvent recourir à l'inflation ou à des mesures administratives destinées à capturer l'épargne nationale en vue de financer l'Etat et de garder des taux obligataires faibles (ce que les économistes appellent la répression financière) – ou encore, de manière ultime, recourir à la restructuration pure et simple de la dette.