Une guerre à trois billions de dollars

NEW YORK – Avec le cinquième anniversaire, le 20 mars prochain, de l’invasion de l’Irak menée par les États-Unis, il est temps de faire le point sur ce qui s’est passé. Dans notre dernier livre The Three Trillion Dollar War , Linda Bilmes, de Harvard, et moi-même estimons à 3 billions de dollars, au bas mot , le coût économique de la guerre pour les États-Unis et à 3 billions supplémentaires le coût pour le reste du monde – soit beaucoup plus que les coûts estimés par l’administration Bush avant la guerre. L’équipe Bush n’a pas seulement trompé le monde sur le coût possible de la guerre, elle a aussi cherché à cacher ce coût une fois les opérations lancées.

Il n’y a rien de surprenant. Après tout, l’administration Bush a menti sur à peu près tout le reste, des armes de destruction massive de Saddam Hussein à ses liens supposés avec Al-Qaida. Ce n’est, en fait, qu’ après l’invasion américaine que l’Irak est devenu un repaire de terroristes.

L’administration Bush avait dit que la guerre coûterait 50 milliards de dollars. C’est désormais le montant que les États-Unis dépensent en Irak tous les trois mois. Histoire de remettre les chiffres dans leur contexte : pour un sixième du coût de la guerre, les États-Unis pourraient remettre leur système de sécurité sociale confortablement sur pied pour plus d’un demi-siècle, sans réduire les allocations ou augmenter les cotisations.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/EWW84iz/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.