Une guerre à trois billions de dollars

NEW YORK – Avec le cinquième anniversaire, le 20 mars prochain, de l’invasion de l’Irak menée par les États-Unis, il est temps de faire le point sur ce qui s’est passé. Dans notre dernier livre The Three Trillion Dollar War , Linda Bilmes, de Harvard, et moi-même estimons à 3 billions de dollars, au bas mot , le coût économique de la guerre pour les États-Unis et à 3 billions supplémentaires le coût pour le reste du monde – soit beaucoup plus que les coûts estimés par l’administration Bush avant la guerre. L’équipe Bush n’a pas seulement trompé le monde sur le coût possible de la guerre, elle a aussi cherché à cacher ce coût une fois les opérations lancées.

Il n’y a rien de surprenant. Après tout, l’administration Bush a menti sur à peu près tout le reste, des armes de destruction massive de Saddam Hussein à ses liens supposés avec Al-Qaida. Ce n’est, en fait, qu’ après l’invasion américaine que l’Irak est devenu un repaire de terroristes.

L’administration Bush avait dit que la guerre coûterait 50 milliards de dollars. C’est désormais le montant que les États-Unis dépensent en Irak tous les trois mois. Histoire de remettre les chiffres dans leur contexte : pour un sixième du coût de la guerre, les États-Unis pourraient remettre leur système de sécurité sociale confortablement sur pied pour plus d’un demi-siècle, sans réduire les allocations ou augmenter les cotisations.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/EWW84iz/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.