De l'antisémitisme à l'antiaméricanisme

L'antisémitisme, l'anti-sionisme et l'antiaméricanisme sont de plus en plus virulents et accointés les uns aux autres dans l'Europe d'aujourd'hui. Ils trouvent leur source dans une espèce d'aveuglement combiné avec un étrange mélange d'aliénation, de sentiment de culpabilité et de peur envers Israël et les USA.

Des millions d'Européens évitent de voir en Israël un pays qui lutte pour sa survie. Israël ne peut se permettre de perdre une seule guerre d'importance, car ce serait la fin de cet Etat juif et démocratique. Mais beaucoup d'Européens pensent que les Israéliens font une erreur à la base : ils se refusent à tout compromis et préfèrent utiliser les moyens militaires pour résoudre des problèmes politiques.

L'attitude européenne est sensiblement la même à l'égard des USA. "Regardez l'Europe", disent nombre d'Européens, "Nous avons éradiqué la guerre, les dangers du nationalisme et la dictature. Nous avons crée une Union européenne pacifique. Nous ne faisons pas de guerre, nous négocions. Nous ne gaspillons pas nos richesses dans l'armement. Le reste de la planète pourrait nous prendre en exemple pour apprendre à vivre en paix". En tant que Suédois, j'ai entendu toute ma vie ce genre de vantardise pacifiste : la Suède, pays neutre, est une superpuissance morale. Maintenant cette fanfaronnade est devenue l'idéologie de l'UE : "Nous sommes le continent de la moralité." C'est la "suédisation" de l'Europe.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/5rN9uRW/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.