Déferlante démocratique

PARIS – Le soulèvement du peuple tunisien a-t-il lancé à l’assaut de l’Egypte une démocratisation qui finira à la longue par mettre fin à “l’exception autoritaire arabe”? Après le Sud de l’Europe dans les années soixante-dix, l’Amérique latine à la fin des années quatre-vingt et l’Europe de l’Est dans les années quatre-vingt-dix, il semble aujourd’hui que ce soit le tour des peuples méditerranéens. Pour l’Europe, la démocratisation des ses voisins du Sud est d’une importance capitale.

L’expulsion de Zine El Abidine Ben Ali en Tunisie a fait voler en éclats le modèle de “stabilité” arabe, applaudi par de nombreux dirigeants occidentaux, et ayant pour fondements autoritarisme et surestimation des rendements économiques. Quelles que soient leurs conséquences, la poussée de colère et les émeutes en Egypte marquent le commencement de la fin des régimes arabes autoritaires.

A la différence de l’armée tunisienne, l’armée égyptienne constitue l’un des piliers du pouvoir. Mais il est peu probable que cette immense armée, composée surtout de conscrits, recoure à une répression violente d’envergure. Ce serait une première en Egypte.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/WLvEDrm/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.