Comment reconstruire la Géorgie

NEW YORK – Lors de la récente conférence des donateurs pour la Géorgie, les promesses de dons ont plu jusqu’à atteindre 4,5 milliards de dollars – soit environ 1 000 dollars par Géorgien. Ça, c’est la bonne nouvelle. La mauvaise était que la conférence était réservée aux donateurs et au gouvernement géorgien, et que Transparency International a critiqué l’opacité de son processus de prise de décision.

Le manque de transparence et de responsabilité dans la manière de dépenser l’argent pour les guerres et la reconstruction qui leur succède n’a plus la côte auprès des contribuables. À la lumière de la croissance de la demande mondiale d’aide et de la chute de l’offre (en baisse de 12 % pour les deux dernières années), l’efficacité et la transparence deviennent des impératifs. Et les gouvernements qui ne rendent pas de comptes à leurs citoyens vont sans doute échouer en la matière.

Avant que ces “promesses” ne se transforment en “engagements,” les donateurs devraient examiner minutieusement la stratégie de développement économique de la Géorgie, et évaluer ses programmes d’aide humanitaire et de reconstruction. Ils devraient se demander si l’aide qui lui est attribuée contribuera à la paix et à la stabilité ou, au contraire, si elle constituera un obstacle à une solution politique du conflit, au risque d’effrayer les investisseurs.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/aHkIKPt/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.