La quête de l’investissement

La réunion de Hong Kong, au sein du cycle de négociations commerciales de Doha, a laissé un sentiment de frustration dans le monde en développement, vu la lenteur de la libéralisation agricole concédée par les pays riches. Aussi peut-il paraître naïf ou contre-productif d’élever la barre des objectifs et de proposer, qu’au-delà du commerce, l’investissement soit placé au sommet des priorités internationales. Pourtant, un « cycle du développement » peut-il ignorer cet enjeu et mériter son nom ?

Le cycle de Doha prévoyait à l’origine de traiter le dossier de l’investissement. Les pays du Sud, toutefois, ont fait le choix de le maintenir au second plan pour se concentrer sur l’agriculture. Cette tactique s’est révélée à double tranchant.

En Chine, au Brésil, en Malaisie ou au Mexique les Investissements Direct Etrangers (IDE) assurent entre 8 et 12% de la formation brute de capital fixe – sans créer d’endettement. Les pays les moins avancés attirent moins de 3% des investissements Nord-Sud mais ces flux représentent plus de 3% de leur PIB, un niveau supérieur à la moyenne des pays en développement.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/RlxMbbr/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.