Les protocoles de Rupert Murdoch

NEW YORK – A chaque fois que j’entends les Républicains de droite américains se qualifier de « conservateurs », je ressens l’équivalent mental d’un choc électrique.

Un conservateur est quelqu’un qui, dans la tradition du parlementaire anglais du dix-huitième siècle Edmund Burke, croit que l’ordre établi mérite le respect, et même de la révérence. Contrairement à un libéral qui est quelqu’un prêt à modifier l’ordre établi à la poursuite de la vision d’un monde meilleur.

L’historien Whig du dix-neuvième siècle Thomas Macaulay a fort bien décrit cette différence. Il y avait « deux grands partis » en Angleterre, écrivait-il, qui attestaient d’une « distinction » qui « avait toujours existé, et le devrait toujours. »

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/vZ4diua/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.