0

Les promesses de la constitution irakienne

Le processus constitutionnel entamé aujourd'hui en Irak constitue un fait marquant et porteur d'espoir pour tous les Irakiens. Après des décennies de constitutions imposées les unes après les autres, une assemblée élue a supervisé l'écriture d'une nouvelle constitution permanente, qui sera soumise à l'approbation des citoyens irakiens le 15 octobre.

La plupart des discussions autour des multiples dispositions de cette constitution laissent passer l'essentiel. Que le référendum soit un succès ou un échec, et quels que soient les détails du texte constitutionnel, le plus important est l'établissement de procédures et d'institutions constitutionnelles en Irak, avant et après le référendum.

En ce qui concerne la phase précédant le référendum, les efforts de l'Assemblée nationale ont été couronnés de succès. Bien que la constitution irakienne provisoire ait donné à l'Assemblée le contrôle exclusif du processus de rédaction, l'Assemblée a sagement dépassé le cercle de ses membres et créé un Comité de rédaction.

Les dirigeants irakiens étaient bien conscients de la baisse de participation aux élections d'une portion significative de la mosaïque multiethnique et multiconfessionnelle irakienne, notamment de la communauté sunnite. En conséquence, ils ont recherché ceux qui étaient sous-représentés à l'Assemblée, mais dont le sens de la participation et d'appropriation de la procédure était essentiel, pas seulement à l'exercice constitutionnel, mais aussi pour panser les blessures de la nation. Il ne s'agissait pas d'un simple geste.