Vaines proclamations

Le Sommet mondial sur le développement durable qui se tient actuellement à Johannesburg envisage comme prévu de prendre nombre d'engagements spectaculaires, mais ce n'est que vaine agitation. Car si le terme de "développement" concerne le développement humain au sens large, le seul qui vaille est celui qui permet aux peuples de la Terre de vivre en paix dans le respect des droits fondamentaux de l'homme.

Il y a peu de chance que l'action internationale puisse faire cesser la violation de ces droits dans la majorité des pays de la planète, notamment chez ceux qui s'efforcent de faire du Sommet de la Terre une boite de résonance des critiques formulées à l'encontre des pays riches pour la faiblesse de leur engagement dans la lutte contre la pauvreté dans le monde ou pour la protection de l'environnement.

Nous pourrions au moins nous réjouir de ce que ces deux thèmes, la pauvreté et l'environnement, sont les sujets principaux de ce sommet. C'est un progrès par rapport aux obsessions habituelles des premiers lobbies en faveur du développement durable, comme le supposé épuisement des matières premières, l'incapacité de la planète à nourrir une population croissante ou encore la biodiversité.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/glfOiHm/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.