La politique de surprise révolutionnaire

DURHAM – En s’immolant par le feu à la suite d’une interpellation humiliante par la police, le jeune vendeur de légumes formé à l’université, Mohamed Bouazizi, a déclenché une onde de manifestations dans tout le monde arabe. Plusieurs dictateurs arabes qui étaient au pouvoir depuis des décennies ont déjà été chassé ou ont été forcé de déclarer qu’ils allaient se retirer.

Mais les manifestants au Caire, à Tunis, et à Sana en veulent beaucoup plus. Ils veulent aussi une gouvernance efficace, des réformes économiques pour stimuler la croissance, l’expulsion des collaborateurs, des droits démocratiques, la liberté religieuse (et peut-être même de religion) – en bref, une complète transformation sociale.

Partout, les régimes en exercice ont opposé résistance. L’inoubliable scène des partisans de Moubarak, à dos de chameau ou de cheval tabassant les manifestants égyptiens tournés vers l’avenir, indique que l’ordre établi ne se rendra pas sans combattre.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/zQF40iu/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.