La politique-spectacle

VARSOVIE : La Pologne traverse une période politique agitée avec les élections présidentielles l'automne dernier et les élections législatives l'automne prochain. Comme pour les présidentielles, le résultat des législatives est prévisible avant même l'ouverture de la campagne. Les néo-communistes disposent d'un tel avantage par rapport à tous leurs adversaires qu'un vote paraît presque inutile.

Nous connaissons si bien les partis et les hommes politiques que la vie politique polonaise en devient ennuyeuse à mourir. La coalition actuelle de centre-droit (issue de "Solidarité") est un tel échec, et l'Union de la liberté, au centre, est si bien connue pour son incompétence que les gens en viennent à soutenir les néo-communistes pour la seule et unique raison qu'ils étaient dans l’opposition pendant quatre ans et qu'ils vont peut-être (je dis bien "peut-être") être différents.

Mais soudain un changement est intervenu, et ce pour une raison totalement inattendue. Lors des présidentielles, Andrzej Olechowski qui s'est présenté en tant que candidat indépendant, sans le soutien d'aucun parti ni beaucoup d'argent, a réussi à se classer second avec 17% des voix, plus que le parti en place. Andrzej Olechowski est un personnage bien connu de la vie politique polonaise, il a déjà été ministre des Finances, et plus récemment, ministre des Affaires étrangères. C’est un homme grand, beau et élégant. Il fut disc-jockey dans sa jeunesse, et a ensuite travaillé dans des institutions financières internationales où il a servi de "sous-marin" au profit des communistes, ce qu'il reconnaît ouvertement. C’est toutefois en homme libre, dégagé des partis et financièrement indépendant qu’il se présente aujourd’hui.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/SAYE1Rq/fr;