Le peuple contre Poutine

J'ai contribué au choix de Vladimir Poutine pour succéder au premier président démocratiquement élu, Boris Eltsine. Étant donné que des structures tel le KGB et la Mafia dirigent aujourd'hui la Russie et manipulent le système judiciaire, il est admis que Eltsine voulait choisir lui-même son successeur afin d'éviter les poursuites. Mais nous, qui avons choisi Poutine, étions chargés de trouver un successeur apte à poursuivre les réformes entamées par Eltsine, et non pas quelqu'un qui les protégerait, lui et sa famille.

Eltsine n'avait peur de rien et ne pensait pas à sa propre survie, mais à la survie de l'idée démocratique qu'il avait introduite en Russie. Cette idée est pourtant aujourd'hui menacée par le successeur que nous lui avons choisi.

Je ne cherche pas à nier la responsabilité de mon soutien à Poutine. Nous n'étions pas amis intimes, mais lui et moi avons travaillé ensemble dans des situations critiques, et je n'ai jamais douté de sa sincérité. Poutine agit selon ses convictions. Le problème est que ses convictions, notamment la croyance que la Russie ne peut prospérer que si elle est dirigée par une unique source de pouvoir, sont erronées. Et cette erreur grossière est en train de mener la Russie à sa ruine politique.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/sikSOIB/fr;