L'autre Europe centrale

Un spectre hante l'Europe centrale alors que ses pays se préparent à rejoindre l'Union européenne. Ce développement prometteur est compromis par un nationalisme électoral enfiévré qui cherche à gagner des votes en promettant de rouvrir les anciennes blessures et de régler les vieux comptes.

L'exemple le plus frappant vient de Hongrie, où le Premier ministre Viktor Orban a exigé l'abrogation des décrets adoptés en 1945 par le président Edvard Benes (décrets qui confisquaient les biens des populations allemandes et hongroises déportées de Tchécoslovaquie à cette période et qui leur enlevaient leur citoyenneté) dans le cadre d'une campagne de réélection qui n'a pas abouti de justesse. Mais Orban n'est pas le seul à voir un avantage électoral dans l'évocation des souvenirs d'anciens fantômes.

Orban a soutenu que la révocation des « décrets Benes » devait être une condition de l'intégration de la République tchèque (ainsi que de la Slovéquie) dans l'Union européenne. La mauvaise volonté inspirée par la manoeuvre d'Orban a interrompu une grande partie de la coopération régionale mise en place durant la dernière décennie. A la place, une nouvelle forme menaçante de populisme national est en train d'émerger dans la plaine qui s'étend entre la Bavière et le Danube.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/q5zLFSF/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.