Quel avenir pour la droite conservatrice européenne?

La percée inattendue de Jean-Marie Le Pen lors des élections présidentielles françaises n'est pas seulement l'expression d'un malaise qui touche la vie politique française. Elle exprime aussi la crise profonde traversée par la droite démocratique européenne qui se trouve confrontée à la montée de partis xénophobes aux Pays-Bas, au Danemark, en Autriche et en Allemagne. Jürgen Rüttgers, l'un des dirigeants conservateurs allemands, donne ici son point de vue.

La droite est en crise dans toute l'Europe. Les partis qui se disent conservateurs et qui sont perçus ainsi par les électeurs gagnent les élections et tiennent les rennes du pouvoir. Mais le conservatisme démocratique, en tant que vision du monde, mode de pensée et d'action - qu'il soit au pouvoir ou dans l'opposition - a de plus en plus de mal à trouver son assise. Qui peut aujourd'hui donner une définition satisfaisante du conservatisme ?

Au moins d'un point de vue électoral, l'espoir incarné par les partis "libéraux" et les partis "progressistes" est bien plus attirant que le scepticisme naturel propre aux conservateurs. Ainsi que le souligne le journaliste politique Konrad Adam, "le scepticisme est un sentiment, il ne constitue pas un programme".

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/Y4bWmMi/fr;