0

Guerre médiatique contre le terrorisme

“Plus de la moitié de cette guerre fait rage sur le champ de bataille des médias, (car) les médias se battent dans une course visant à remporter les cœurs et les esprits de (musulmans).” Il ne s'agit pas là de la déclaration d'un responsable des relations publiques, mais du principal lieutenant de Ben Laden, Ayman al-Zawahiri.

Les terroristes se sont adaptés avec art aux guerres de l'ère des médias dans laquelle nous vivons, mais en général, ce n'est pas le cas de l'Amérique ni des gouvernements des autres démocraties. Sachez que les extrémistes violents ont leurs propres “comités de relations avec les médias” visant à manipuler l'opinion des élites. Ils prévoient et conçoivent des attaques qui vont faire la une des médias en utilisant tous les moyens de communication possibles pour intimider et briser la volonté collective des peuples libres.

Ils savent que la communication transcende les frontières et qu'une simple information, pourvu qu'elle soit habilement utilisée, peut causer autant de dégâts à notre cause (et servir la leur d'autant) qu'une attaque militaire. Et ils sont capables d'agir rapidement avec des ressources modestes comparées à celles des vastes et onéreuses administrations des gouvernements démocratiques.

Nous livrons aujourd’hui la première guerre de l’ère des e-mails, des blogs, du blackberry, des messageries, des appareils photo numériques, des téléphones portables, des talk radios et des informations en continu. En Tunisie, le principal journal est diffusé à environ 50 000 exemplaires dans un pays de dix millions de personnes. Mais même dans les quartiers les plus pauvres, on voit des antennes paraboliques sur presque tous les toits et les balcons.