Récit d’un meurtre au Pakistan

L’assassinat de Benazir Bhutto, première femme musulmane à la tête d’un pays musulman, nuit gravement aux perspectives de démocratie du Pakistan et à sa viabilité en tant qu’État. Alors que s’installent le chaos et la confusion, ne perdons pas de vue la part de responsabilité du président Pervez Musharraf dans la tournure des événements ; tout du moins, dans l’incapacité de son gouvernement à protéger efficacement Benazir Bhutto.

La politicienne a payé de sa vie pour avoir bravé les extrémistes de toutes tendances – d’Al‑Qaida et des Talibans aux partis religieux et aux militaires purs et durs.

Héritière de Zulfikar Ali Bhutto, légendaire leader démocratique pendu par le gouvernement du général Muhammad Zia-ul-Haq en 1979, Benazir est devenue à un jeune âge symbole de résistance – languissant en prison et s’exilant dans les années 1980. Son père a contribué à autonomiser les défavorisés et à renforcer les droits des citoyens dans un contexte politique féodal et de gouvernement militaire. Plutôt que de s’incliner devant la junte militaire, il a choisi la potence.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/ei0Gpcu/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.