0

Le FMI réforme ses prêts

Le Fonds monétaire international devrait être une escale indispensable pour les marchés émergents et les pays en développement qui connaissent des difficultés. Sa capacité à mobiliser des fonds considérables et à renforcer toute crédibilité permet au FMI d’aider à amortir les coûts économiques et sociaux qui pèsent souvent lourd en temps de crise. Sur cette toile de fond, les acteurs planétaires se sont rassemblés dans la tourmente pour réviser radicalement la ligne de prêt du FMI.

A compter d’aujourd’hui, le FMI doit réagir avec souplesse et efficacité aux besoins du monde entier. Avant toute chose, pour être efficace, son dispositif de financement devait être élargi et adapté à l’envergure des problèmes. En outre, l’absence d’une assurance aux conditions acceptables au sein du FMI a creusé un important fossé dans l’architecture financière mondiale, notamment pour les économies émergentes les plus dynamiques. Ceci allait à l’encontre du fait qu’il est préférable d’obtenir un financement du FMI avant qu’une situation épineuse ne se détériore.

Aussi, même s’il demeure essentiel de poser des conditions aux programmes soutenus par le FMI, ces derniers doivent être purement axés sur la résolution d’une situation critique afin que ses conditions soient pertinentes et non intrusives.

Avec le soutien de nos membres, nous avons complètement remanié notre panoplie d’instruments de prêt pour encourager les pays à aborder le FMI avant qu’une crise ne devienne trop grave ou inextricable. La réforme se compose des trois points fondamentaux suivants :