FMI et coordination globale

NEW YORK – Avant la crise de 2008, le Fonds Monétaire International était sur le déclin. La demande de prêts était faible, le laissant quelque peu démuni. Les crises cambiaires de la fin des années 90 ont entretenu la méfiance de l’Asie à son encontre. L’incontestable expertise de ses analystes financiers a été fragilisée par des réductions de personnel.

La crise a tout changé. Elle a mis en évidence le fait que le FMI a un rôle crucial à jouer dans la gestion de l’instabilité induite par la crise. En outre et compte tenu de l’expertise multinationale conséquente et établie du Fonds, ses activités sont essentielles pour parvenir à des solutions globales coopératives aux problèmes économiques et financiers. Sans ces solutions, le système est condamné à des instabilités périodiques, peu viables et destructrices à terme, tel que celle que nous venons de traverser.

Le FMI est utile pour des raisons essentielles. L’une d’elle concerne la réponse à la crise. Dans le genre de bouleversement financier comme celui que nous venons de traverser, les flux de capitaux évoluent de manière dramatique et radicale, entrainant des difficultés de crédit, de financement et de balance des paiements, ainsi qu’une volatilité des taux de change. S’ils ne sont pas traités, ces problèmes peuvent causer d’importants dommages dans nombre de pays, dont la plupart ne sont que simples spectateurs. 

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/7hL2nbK/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.