0

Les Visées Secrètes de la Haute Finance

BERKELEY – Personne ne met en doute l’utilité d’une “basse” finance: face à la corvée d’avoir à charrier son argent dans des coffres, avec balances et réactifs pour en vérifier la pureté, escorte armée indispensable et seconde escorte pour surveiller la première, il est certain que le loisir d’utiliser des chèques, des billets de banque et des cartes de crédit, n’est pas sans atouts. Et la possibilité qu’ont les ménages de recourir aux emprunts et aux prêts, pour éviter d’avoir à faire coïncider revenus et dépenses journalières, hebdomadaires, mensuelles ou annuelles, non plus.

Mais quelle est l’utilité la “haute” finance?

La définition conventionnelle qu’en donnent les économistes lui confère trois sortes d’utilité. Elle permet d’abord à un grand nombre d’épargnants de mettre en commun leur argent pour financer des projets dont l’envergure est en mesure de répondre à celle dont l’industrie moderne à gros capital est capable.

Ensuite, la haute finance est une arène à l’intérieur de laquelle les patrons de grosses corporations doivent répondre de leurs pires abus. La démocratie ne fonctionne pas chez les actionnaires, tout bonnement, la peur, en revanche, qu’ont les patrons d’être débarqués si leurs cotations en bourse tombent trop bas, représente une contrainte utile.