0

Des hedge funds plus transparents !

La volatilité récente du marché des capitaux devrait faire taire ceux qui disent que les dirigeants allemands se comportent à l'image d'un boxeur KO en réclamant plus de transparence de la part des hedge funds (fonds alternatifs ou fonds spéculatifs). Leurs homologues américains et britanniques déclarent que les protestations allemandes sont une aberration, car ces fonds - de même que d'autres entités financières modernes comme les sociétés de capital-investissement - jouent un rôle novateur dans l'économie mondialisée d'aujourd'hui.

En déclarant que les hedge funds (fonds alternatifs ou fonds spéculatifs) hyper-rentables constituent un danger pour la stabilité financière de la planète, les hommes politiques allemands se comportent-ils à l'image d'un boxeur KO ? Ou bien leurs homologues anglo-saxons ont-ils raison de dire que ces fonds - de même que d'autres entités financières modernes comme les sociétés de capital-investissement - jouent un rôle novateur et que sans eux, la croissance mondiale serait à la fois plus lente et plus volatile.

Ce débat directement lié à la mondialisation est aussi marqué par le souci légitime de l'intérêt national. New-York et Londres étant les centres de gravité de la finance mondiale, d'énormes profits sont en jeu pour les USA et la Grande-Bretagne. On peut donc comprendre qu'ils minimisent la probabilité de voir les risques encourus par le système financier international répartis plus équitablement que les bénéfices qu'il procure.

A l'opposé, les dirigeants allemands doivent compter avec une population qui résiste farouchement à des changements brusques, surtout s'ils comportent des licenciements. Ainsi que le formulait récemment un syndicaliste, beaucoup de salariés allemands pensent que les rachats d'entreprise sont guidés par la philosophie de ampquot; l'acheter, dépouiller et balancer ampquot;.