L’heure du Hamas

La prise de la Bande de Gaza par le Hamas a créé, avec l’Iran, un second État islamiste radical au Proche-Orient. La région, probablement le conflit arabo-israélien et certainement le mouvement palestinien, ne seront plus jamais les mêmes.

La défaite du Fatah à Gaza n’est pas due à la politique étrangère américaine, ni à Israël, ni à qui que ce soit d’autre, mais au Fatah lui-même. Il s’agit du legs ultime de Yasser Arafat, qui a non seulement encouragé la violence terroriste contre Israël, mais aussi l’anarchie et la corruption au sein de sa propre organisation.

Par-dessus tout, Yasser Arafat n’est pas parvenu à résoudre le conflit ni à donner à son peuple une vision autre que celle du radicalisme extrême et de la lutte interminable. En rejetant la solution de compromis de paix en 2000, qui aurait permis de créer un État palestinien indépendant avec une capitale située à Jérusalem Est, et 23 milliards d’aide internationale, Arafat a été clair sur le fait qu’il n’y aurait pas d’alternative, pas de scénario modéré pour résoudre les problèmes des Palestiniens.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/MWCW0DY/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.