Paul Lachine

La tragédie grecque, Acte II

CHICAGO – Une tragédie grecque se déroule généralement en trois actes. Le premier acte campe l’histoire. Ce n’est qu’au deuxième acte que l’intrigue atteint son point culminant. Pour la Grèce d’aujourd’hui, l’imposition de pertes « volontaires » aux créanciers privés du pays n’est que la fin du premier acte. La véritable tragédie doit encore survenir.

A première vue, l’arrangement « volontaire » avec les créanciers peut paraître un succès certain. La dette publique grecque a été réduite de plus 100 milliards d’euros (106 milliards exactement). Les partenaires européens de la Grèce lui ont octroyé un nouveau prêt de 130 milliards d’euros, ce qui a évité une faillite généralisée des banques grecques et permis au gouvernement de payer les fonctionnaires.

La réalité est toutefois bien plus sombre que ne le laisse entendre le prétendu succès de ce dernier plan de sauvetage de la Grèce. Même avec le dernier prêt, la dette du pays atteint toujours 120 pour cent de son PIB. Avec une baisse anticipée de 7 pour cent du PIB cette année et un déficit persistant, le ratio de la dette devrait dépasser 130 pour cent du PIB avant de se stabiliser à 120 pour cent en 2020.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/xx5jJcs/fr;