0

Les singes de notre planète

Dans son History of European Morals [histoire de la morale européenne], publiée en 1869, le philosophe et historien irlandais W.E.H. Lecky a écrit :

À un moment, les affections bienveillantes n’embrassent que la famille. Bientôt le cercle, s’élargissant, inclut d’abord une classe, puis une nation, puis une coalition de nations, puis toute l’humanité et finalement son influence se fait sentir dans les rapports entre l’homme et le monde animal...

L’expansion de la communauté morale pourrait bien être sur le point de faire un grand pas en avant. Francisco Garrido, député espagnol expert en bioéthique, a soumis une résolution exhortant le gouvernement à “déclarer son adhésion au Projet Grands Singes et à prendre toute mesure nécessaire dans les organisations et les forums internationaux pour protéger les grands singes des mauvais traitements, de l’esclavage, de la torture, de la mort et de l’extinction.” La résolution n’aurait pas force de loi mais son approbation marquerait la première fois qu’une législation nationale reconnaîtrait un statut spécial aux grands singes et la nécessité de les protéger, pas seulement de l’extinction mais aussi des mauvais traitements individuels.

J’ai créé le Projet Grands Singes en 1993, en collaboration avec Paola Cavalieri, philosophe italienne et défenseur des animaux. Nous avions pour but d’accorder des droits élémentaires aux grands singes non humains : la vie, la liberté et l’interdiction de la torture.