Dean Rohrer

Dérive nationale ou maîtrise mondiale

LONDRES – Alors que les chefs de file du monde des affaires se réunissent à Davos, un changement de paradigme très en retard sur la politique monétaire se dessine lentement, en vue de subordonner l'optimisation de l'inflation à l'optimisation de la croissance.

Dans ce que certains appellent un « moment de Volcker inversé », le Président de la Réserve fédérale américaine Ben Bernanke a indiqué un objectif du taux de chômage à 6,5%, parrallèle à son objectif d'inflation. Le nouveau gouvernement du Japon a proposé un objectif d'inflation minimum. Et Mark Carney, le prochain gouverneur de la Banque d'Angleterre, a affirmé « [qu']il ne pouvait pas y avoir de situation plus favorable pour l'objectif du PIB nominal. » En outre, la Chine s'est engagée à doubler son revenu national moyen par habitant d'ici 2020.

Malheureusement il a fallu sous-estimer pendant quatre ans l'impact de l'austérité budgétaire et un déficit chronique de la demande (avec un potentiel d'approvisionnement de l'économie qui commence à diminuer en conséquence) pour nous mettre d'accord sur la ciblage d'une croissance que le G-20 avait prévue en 2009.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/6M1i8tq/fr;