6

Evolutions idéologiques

WARWICK – L’élection présidentielle française qui vient de se clore semble indiquer que le vieux clivage gauche-droite est plus vivace que jamais – et surtout sur son lieu de naissance, mais l’est-il vraiment?

Au lendemain de la révolution de 1789, l'Assemblée nationale française léguait ses couleurs à l’éventail politique actuel. Les partisans du roi et de l’Eglise siégeaient à droite du président de l’Assemblée, tandis que leurs détracteurs, dont le seul point d’accord était le besoin de réformes institutionnelles, siégeaient à sa gauche. Leur différence se fondait sur d’anciennes associations culturelles entre latéralité droitière et confiance, latéralité gauchère et défiance – confiance et

défiance à l’égard, ici, du statu quo.

Que depuis plus de 200 ans cette différence ait réussi à caractériser les différentes obédiences politiques et les grands mouvements des dix-neuvième et vingtième siècles, tant réactionnaires que révolutionnaires, est assez incroyable. Mais le déclin de la participation électorale dans la plupart des démocraties actuelles tend à indiquer que cette façon de concevoir les divergences idéologiques est peut-être frappée d’obsolescence. Certains soutiennent même que les idéologies et les partis ont perdu toute pertinence dans le contexte politique actuel, sans cesse plus morcelé.