La chute de l'ONU

Le règne de la terreur de Saddam Hussein prend son fin. Son gouvernement ba'athiste ne coulera toutefois pas seul. De manière ironique, les Nations Unies sombreront avec lui.

Il est possible que l'ONU ne disparaisse pas intégralement. Les secteurs dédiés aux « bonnes oeuvres » (à savoir, les bureaucraties pour le maintien de la paix à faible risque ou celles qui luttent contre le SIDA et la malaria ou pour défendre les droits de l'enfant) perdureront. Le moulin à paroles surgissant sur l'East River à New York continuera à geindre. La réticence du Conseil de Sécurité à entériner l'usage de la force pour appliquer ses propres résolutions sur la possession par l'Irak d'armes de destruction massive a sonné le glas du fantasme vieux de plusieurs décennies qui considérait l'ONU comme le fondement de l'ordre mondial.

Alors que nous repoussons les débris de la guerre pour libérer l'Irak, il est important de préserver, par le biais du droit international appliqué par des institutions internationales, les décombres intellectuelles du concept libéral de sécurité afin de mieux les comprendre.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/MHfoNDB/fr;