Paul Lachine

Zone euro : la crise de la démocratie

FLORENCE – Finalement – et comme toujours –, l'Europe a fini par prendre des mesures. La question est de savoir si le plan proposé sera suffisant.

Les marchés financiers vont sans aucun doute être sceptiques face à la garantie solennelle des membres de la zone euro, selon laquelle la cessation de paiement de la Grèce restera de facto une exception. En pleine crise de l’euro, les garanties verbales sont la devise favorite de l’Union européenne, mais désormais les mots n’ont que peu de valeur, au même titre que la dette souveraine de la Grèce.

Il a fallu attendre un an pour que l'Europe entreprenne ce que tout un chacun savait être la chose à faire pour contenir la crise grecque, et il se pourrait bien que cela ne soit pas suffisant. En effet, concernant le rétablissement des finances grecques, les mesures approuvées ne représentent ni une promesse de transparence ni l’engagement sur le long terme attendu par les marchés.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/gbu6Hz6/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.