0

La crise de la zone euro est à mi-chemin seulement

CAMBRIDGE – Maintenant que l’Union européenne et le Fonds monétaire international se sont accordés pour fournir une enveloppe de 67.5 milliards d’euros à l’Irlande pour soutenir son secteur bancaire en difficulté, la crise de la dette de la zone euro arrive-t-elle enfin à son terme ?

Malheureusement, non. En fait, nous n’en somme probablement qu’à mi-chemin de la crise. Bien sûr, une soudaine poussée de croissance pourrait encore résoudre tous les problèmes de dette de l’Europe – et d’autres pays, d’ailleurs. Mais ce scénario de rêve semble de plus en plus improbable. Le dernier round comprendra sans doute une nouvelle vague de restructuration des dettes européennes, comme celles qui conclurent la crise de la dette latino-américaine dans les années 1980.

Pour commencer, il fait s’attendre à de nouveaux plans de sauvetage, avec le Portugal en tête de liste. Avec un taux de croissance moyen de 1% depuis dix ans, et l’un des marchés du travail les plus sclérosés qui soit, il est difficile de voir comment le Portugal pourrait s’extraire du poids de la dette.

Ce poids comprend à la fois la dette publique intérieure (due par l’État) et la dette extérieure (due par l’ensemble du pays à des prêteurs étrangers). Les Portugais affirment à juste titre que leur situation n’est pas aussi grave que celle de la Grèce, qui est elle soumise à l’équivalent économique de soins intensifs. Mais le niveau d’endettement du Portugal reste néanmoins très préoccupant d’un point de vue historique (sur la base de recherches effectuées conjointement avec Carmen Reinhart). Avec un scénario de base d’une récession ou d’une croissance anémique couplée à une austérité budgétaire pour de nombreuses années à venir, il est probable que le Portugal fera tôt ou tard la demande d’une aide extérieure.