L’empire des droits de l’homme

NEW YORK – Pourquoi les navires de guerre ancrés au large des côtes birmanes et chargés de nourriture et d’autres produits de première nécessité pour les victimes du cyclone Nargis sont-ils français, britanniques et américains, et pas chinois ou malais ? Pourquoi l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) a-t-elle été si longue à réagir, et si faiblement, à un désastre naturel qui frappait l’un de ses pays membres ?

La secrétaire d’État française aux droits de l’homme, Rama Yade, a déclaré que le principe de la « responsabilité de protéger » des Nations unies devait s’appliquer à la Birmanie, par la force si nécessaire. Et le dirigeant de l’opposition malaisienne, Lim Kit Siang, a indiqué que l’inaction des pays asiatiques « renvoie une image déplorable des dirigeants et des gouvernements de l’ASEAN. Ils peuvent certainement faire mieux ».

La question est donc : les Européens et les Américains éprouvent-ils simplement plus de compassion que les Asiatiques ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/UTx0tI2/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.