Paul Lachine

Les fémicides de la guerre de la drogue

BARCELONE – Le nombre d’assassinats de femmes est en augmentation dans une grande part de l’Amérique Centrale et du Mexique. Dans certains pays, comme au Honduras, cette augmentation est quatre fois supérieure à celle de la courbe des d’hommes. De plus, un grand nombre de ces crimes se caractérise par une extrême violence – sauvagerie sexuelle, tortures, et mutilations – et sont perpétrés par des auteurs (souvent impliqués dans le crime organisé) qui agissent avec une grande impunité.

Dans des pays comme le Chili, l’Argentine, et la Costa Rica, où les chiffres sont globalement plus bas, les meurtres de femmes sont généralement moins violents, et commis par des partenaires ou des ex-partenaires dans un contexte « de violence conjugale. »

En Amérique Latine, tous ces crimes sont qualifiés de « fémicides » : des meurtres de femmes précisément parce qu’elles sont des femmes. Les cas associés à la violence conjugale sont traités légèrement par les tribunaux ; dans certains pays, la jalousie ou l’absence de condamnations antérieures peuvent réduire les peines. Les cas de meurtres commis par des étrangers, souvent d’une cruauté intense – et souvent liés à des groupes du crime organisé comme les maras d’Amérique Centrale – aboutissent rarement devant les tribunaux.  

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Wwx9cZU/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.