0

La Corée du Nord, l'Iran et les sociétés-écran

TOKYO – Le président américain Obama et son homologue russe Medvedev viennent de signer à Prague un nouveau traité de toute première importance sur le contrôle et la limitation des armes nucléaires. Les deux plus grandes puissances nucléaires se rencontreront à nouveau ce mois-ci à Washington et le mois prochain à l'ONU pour discuter d'autres mesures pour lutter contre la prolifération nucléaire. Certes c'est une bonne nouvelle pour tout le monde ; mais l'accord américano-russe et les négociations prochaines sur le désarmement n'auront guère d'impact sur la plus grande menace qui pèse aujourd'hui. Il s'agit de la lune de miel nucléaire entre un Iran déterminé à acquérir la capacité de produire l'arme nucléaire et une Corée du Nord bien décidée à lui monnayer son savoir-faire.

Aujourd'hui plus de 6000 Nord-Coréens travaillent en Iran et dans les pays voisins du Moyen-Orient, en majorité comme simples ouvriers dans le bâtiment ou dans la confection. Mais en Iran et en Syrie ce sont surtout des techniciens et des ingénieurs. En septembre 2007 quand Israël a attaqué un site nucléaire en Syrie, on a appris que des Nord-Coréens participaient à son développement en coopération avec le Centre national de recherche technique de Syrie.

La plupart des Nord-Coréens qui se trouvent en Iran représentent le Parti des travailleurs coréens (PTC), avec pour mission de propager l'idéologie du parti au sein de la République islamique. Ils vivent en petite communauté sous l'oil du Parti qui surveille étroitement leurs relations personnelles. Certains d'entre eux dépendent directement de l'ambassade de Corée du Nord à Téhéran dont l'une des principales fonctions est de surveiller pour le compte du Parti ses ressortissants basés en Iran. Les attachés diplomatiques nord-coréens doivent tenir des sessions hebdomadaires et mensuelles d'autocritique. Ceux qui ne suivent pas scrupuleusement les directives du Parti s'exposent à de sérieux ennuis.

Mais d'autres Nord-Coréens présents en Iran ne dépendent pas directement de l'ambassade : ceux du Bureau 99 qui dépendent du Département de l'armement à Pyongyang, ceux du Bureau 39 qui dépendent du Département des finances et de la comptabilité du PTC et ceux qui sont directement sous les ordres du Secrétariat du "Cher dirigeant", Kim Jong-Il.