Pedro Molina

La cruauté du hasard

MOSCOU – En Russie, la même question finit toujours par ressortir à chaque événement : Qui est à blâmer ? Dans la tragédie qui a couté la vie au Président Polonais Lech Kaczynski et à 95 autres hauts responsables polonais, nous pouvons apporter une réponse sur au moins un point : l’histoire est à blâmer.

L’événement est tellement horrible que l’on pourrait croire à une mauvaise blague, ou à une complot diabolique du KGB, une folle conspiration à la James Bond – ou une combinaison des trois. L’accident qui a endeuillé toute la Pologne n’était pourtant rien de tout cela. Cette tragédie qui défie toute explication rationnelle ne confirme qu’une chose : la cruauté du hasard.

Que se serait-il passé si la météorologie avait permis à l’avion d’atterrir à l’aéroport de Smolensk ? Et si ce Tupolev-154 de fabrication russe n’avait pas été vieux de 20 ans, mais plus récent et plus sûr ? Et si le pilote polonais avait obéi au contrôleur aérien russe qui tentait de le convaincre de se dérouter sur Moscou ou Minsk ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/ON8FYD8/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.