Margaret Scott

Le paradoxe Berlusconi

ROME – Un orage est passé sur l’Italie. Un autre, peut-être plus dévastateur, est attendu.

Ce n’est pas la première fois, mais le paysage politique italien est fait de paradoxes et d’oxymores. Un premier ministre qui a donc gagné un soutien massif de la part des électeurs il y a seulement deux et demi, remporté les élections de mi-mandat, survécu à deux votes de confiance du Parlement, et continue de connaître des taux de satisfactions élevés, est constamment sous pression.

Seize années ont passé depuis que Silvio Berlusconi, un bienfait et un fléau pour le peuple italien, a effectué sa première entrée dans l’arène politique. Berlusconi aura passé huit années au pouvoir durant cette période ; mais, comme le souligne Giuliano Ferrara, rédacteur d’Il Foglio, la perception populaire est que, compte tenu de sa personnalité imposante, il aurait gouverné toutes ces années. Le crépuscule s’abat sur l’ère Berlusconi mais son soleil ne veut pas s’éteindre.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/QT66ers/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.