L’ayatollah envisage un compromis

WASHINGTON, DC – Les récentes discussions sur le programme nucléaire iranien à Istanbul entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, plus l’Allemagne, et l’Iran, ont amené la communauté internationale à se demander quels pourraient être les termes d’un éventuel accord lorsque les parties se réuniront à nouveau, probablement à Bagdad, le 23 mai. Comment expliquer la nouvelle volonté apparente des dirigeants iraniens à parvenir à un accord ?

Les sanctions économiques et l’isolement politique ont bien sûr sérieusement éprouvé le régime, en particulier les Gardiens de la révolution islamique, dont les dirigeants et les industries ont été directement ciblés par les sanctions de la communauté internationale. Mais ce ne sont pas les seuls facteurs.

La machine de propagande du régime présente déjà les discussions d’Istanbul comme une victoire de la République islamique d’Iran et une défaite de l’Occident. Elle prépare en fait le terrain pour un compromis substantiel, à la fois auprès de l’opinion publique iranienne et de la communauté internationale.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/5pwETFe/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.