0

Le président américain qu’il nous faut

LONDRES – Dans le monde entier, la campagne électorale américaine attire autant l’attention que les questions politiques propres à chaque pays. L’intérêt que le monde porte à ces élections est le meilleur exemple du soft power américain, et une leçon de démocratie de la seule superpuissance mondiale. L’issue des élections étant vitale pour le monde entier, il est dommage qu'en plus de regarder et d'écouter nous ne puissions tous voter.

Que veut le monde et – peut-être plus important encore – que doit lui offrir le nouveau président américain ?

Le sentiment antiaméricain a été alimenté durant les années Bush, même si d’aucuns rechigneraient à l’admettre. Il n’empêche que le monde a toujours besoin d’un leadership américain. 

Certes, nous sommes témoin de l’émergence de la Chine, du Brésil et de l’Inde en tant qu’acteurs économiques de premier plan à l’échelle mondiale. Certes, nous avons assisté à la chute humiliante des tout-puissants de Wall Street. Certes, les prouesses de l'armé américaine ont cédé la place à ce que Winston Churchill qualifiait de « déserts ingrats de la Mésopotamie » et leur autorité morale a été mise à mal par ce qui s'est passé notamment à Guantánamo Bay et Abou Ghraib.