0

Terreur et liberté

Le terrorisme que nous avons associé à l'Al Qaeda est spécial de nombreuses façons. Il est mondial, technologiquement sophistiqué mais, surtout, il ne concerne pas un objectif politique réalisable.

Il ne vise pas à créer une Irlande unifiée (catholique), un pays basque indépendant, ni même un état palestinien, mais une vue métaphysique du monde et de ceux qui la représentent. Il est dirigé contre ce que nous avons l'habitude d'appeler l'Occident, à savoir contre un ordre des choses libéral, un monde libre. Etant donné que les Etats-Unis représentent le pays le plus visible et le plus puissant de ce monde libre, le terrorisme est dirigé contre l'Amérique et ses plus proches alliés en Europe et partout ailleurs.

Il est important de s'en rappeler. Ce que nous décrivons sous le nom d'Qaeda est un mouvement destructeur essentiellement négatif. Il n'offre pas une autre vue du monde moderne, mais revendique implicitement que la modernité n'est ni nécessaire ni désirable.

De plus, cette revendication, lorsqu'elle est émise par des hommes faisant figure de leaders religieux, est très certainement malhonnête. Ces leaders utilisent la religion pour satisfaire leurs propres objectifs politiques extrêmement modernes ; ils l'utilisent pour organiser et mobiliser leurs partisans, pour commettre des suicides individuels ou collectifs, le cas échéant. En cela, ils ne sont pas complètement différents des leaders totalitaires des mouvements fascistes qui, de même, s'appuyaient sur la frustration populaire pour poursuivre un objectif fondamentalement destructeur au nom de croyances et de promesses anti-modernes.