0

Taiwan-Pékin : pour une relation pacifiée

OXFORD - Le président chinois Hu Jintao se réclame constamment d'une "société harmonieuse", mais qu'en est-il en ce qui concerne les relations de la Chine avec Taiwan ?

Avant l'élection de Ma Ying-jeou à la présidence de la République de Chine (le nom officiel de Taiwan), la Chine qualifiait régulièrement cette dernière de fauteuse de troubles et elle était la principale cause de tension entre le Chine et les Etats-Unis. Maintenant qu'elle est passée au second plan des préoccupations diplomatiques, Taiwan n'est plus considérée comme une source de problèmes, au point de n'avoir guère été mentionnée lors du dialogue stratégique et économique entre les USA et la Chine - tandis que la Corée du Nord, l'Iran et la valeur du renminbi retenaient toute l'attention.

Il est injuste de diaboliser Taiwan simplement parce qu'elle veut ce que la plupart des peuples du monde tiennent pour acquis : jouir des droits humains fondamentaux, notamment le droit de décider de leur avenir à travers un processus démocratique.

Mais la Chine rejette cette aspiration à l'autodétermination. Et comme elle est une puissance montante, ce n'est pas un pays dont les autres dirigeants même d'essence démocratique, peuvent facilement faire fi. Depuis des années, le Parti communiste chinois, qui dirige la Chine déclare que Taiwan constitue un "intérêt national fondamental", bien que Taiwan existe depuis 60 ans en tant qu'Etat virtuel.