L’Asie du Sud Est et le problème du Pakistan

MANILLE – La situation politique quasi chaotique au Pakistan, qui résulte de l’annonce de la loi martial par le président Pervez Moucharraf l’année dernière et de l’assassinat de l’ancien Premier Ministre Benazir Bhutto, a fait l’effet d’un tsunami dans toute l’Asie du Sud Est. Si le gouvernement Moucharraf revenait sur ses engagements de restaurer la démocratie parlementaire, la crise du Pakistan ne sera pas seulement exacerbée : elle se propagerait dans l’ensemble de la région.

L’avenir du Pakistan est en jeu et déterminera à son tour le sort politique des pays voisins qui luttent aussi contre la violence du fondamentalisme islamique. Le Pakistan sera-t-il traîné sur la voie de l’extrémisme islamique et de la loi d’urgence, ou parviendra-t-il finalement à la modernité en tant que nation laïque dirigée par ses citoyens ?

Ce choix servira d’exemple à toute l’Asie, puisque le Pakistan est depuis longtemps le sanctuaire d’Al-Qaida et de ses cohortes talibanes, cachés dans la région inhospitalière à la frontière entre le Pakistan et l’Afghanistan. Ces terroristes islamiques connus dans le monde entier risquent de faire pencher la balance d’un extrême à l’autre dans plusieurs pays.  

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/3QVhO8O/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.