0

Aube nouvelle et dangereuse pour la Corée du Sud

La décision de la Corée du Nord d'expulser les inspecteurs en énergie atomique des Nations Unies représente une raison de plus de considérer l'élection de Roh Moo Hyun à la présidence de la Corée du Sud deux semaines plus tôt comme un raz-de-marée historique. Le début de son mandat ne coïncide pas seulement avec un des plus dangereux épisodes de la péninsule coréenne depuis des décennies, mais sa présidence sera aussi le témoin d'une mise à l'épreuve des relations entre les Etats-Unis et la Corée du Sud à un degré jamais atteint par le passé.

La victoire de Roh sur Lee Hoi Chang démontre un changement de génération dans la politique coréenne, avec une jeunesse déterminée à gagner une liberté de mouvement dans ses relations avec les Etats-Unis. En fait, les différences de génération furent le facteur décisif de la course à l'élection présidentielle, remplaçant les sentiments régionaux qui dominèrent chaque course à la présidence ayant précédé celle-ci. Selon un rapport, plus de 60% de la population des 20-30 ans votèrent pour Roh, créant un écart de 2,3% dans cette course à la présidence où se retrouvaient pour la première fois en 31 ans deux hommes face à face, luttant épaule contre épaule.

La position populiste et nationaliste de Roh sera rapidement et durement mise à l'épreuve par la réalité quand il prendra son poste en février. Mais que l'on associe le changement générationnel qui le porta au pouvoir avec une forte volonté populaire de poursuivre les engagements pris vis-à-vis de la Corée du Nord, par delà le fait que la Corée du Nord continue de se renforcer sur le plan nucléaire, et la recette est complète pour une mésentente avec les Etats-Unis.

Roh, un autodidacte qui réussit l'examen du barreau sans jamais aller à l'université ni faire son droit, a réussi à convaincre son électorat qu'il ouvrirait une ère nouvelle en politique, reflétant mieux une Corée du Sud enrichie et dont la classe moyenne s'est renforcée, balayant ainsi les jeux politique dominés par les initiés, les disputes régionales et les luttes de factions. Son style et sa rhétorique mettaient en avant l'image nouvelle (pour la Corée !) d'un homme du peuple engagé dans l'élimination des réseaux de favoritisme et de corruption sclérosés.