Europe de l'Est : une adhésion sans enthousiasme à l'UE

En Europe de l'Est, après l'écroulement du communisme, les nouveaux dirigeants démocratiques ont fait de l'adhésion rapide à l'Union européenne une priorité. Le "Retour vers l'Europe" est devenu le slogan de la majorité de la population des pays de la région. Mais huit mois avant que ce rêve ne se concrétise, les doutes qui s'expriment quant à l'intérêt de l'appartenance à l'UE se font de plus en plus forts. Que s'est-il passé ?

Pour ces nouvelles démocraties, l'adhésion à l'UE recouvre cinq dimensions : un symbole historique, la sécurité, la prospérité économique, la stabilité politique et la garantie d'un Etat de droit. Chacune de ces dimensions a occupé le devant de la scène à un moment ou à un autre au cours des 14 dernières années. A chacune d'entre elles, se rattachent des attentes qui ne sont pas les mêmes à l'est et à l'ouest du continent.

Le symbole historique que représente l'UE a toujours été ressenti avec beaucoup plus de force à l'Est. Alors qu'en Europe de l'Est, l'adhésion à l'UE était perçue comme la confirmation des liens historiques avec l'Ouest et une marque supplémentaire de la fin de l'hégémonie soviétique, l'UE ne semblait pas pressée de répondre à ces attentes.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Wo2Vd3m/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.