9

Deux conceptions de la finance

WASHINGTON, DC – Les Assemblées annuelles du Fonds monétaire international se tiendront du 10 au 12 octobre à Washington DC, qui placeront le secteur financier mondial au centre des discussions. Ce rassemblement devrait se révéler fort intéressant, dans la mesure où se feront face deux conceptions du système financier mondial, diamétralement opposées.

La première de ces conceptions consiste à considérer que beaucoup a été fait depuis l’apparition de la crise financière mondiale en 2008. Selon ce point de vue – fréquemment mis en avant par certains responsables du Trésor américain et par leurs homologues européens – bien qu’il soit possible d’accomplir un peu plus dans la mise en œuvre de réformes, nos banques et autres institutions financières se révéleraient d’ores et déjà beaucoup plus sûres. La crise de 2008 ne saurait par conséquent se répéter.

La seconde conception consiste à considérer que nous serions loin d’avoir accompli les changements de grande ampleur dont nous avons besoin. Pire encore, autour d’au moins un aspect clé, le langage précisément utilisé par les dirigeants politiques et les principaux journalistes pour décrire la finance se révélerait profondément rompu.

Les problématiques en présence s’avèrent complexes, et les nuances nombreuses. Pour autant, la question divisant les deux camps consiste pour l’essentiel en la suivante : est-il correct d’affirmer que les banques « détiennent » du capital ?