11

Partager le travail

BERKELEY – Les Etats-Unis sont aujourd’hui confrontés à une crise liée au chômage de longue durée, sans équivalent depuis les années 1930. Près de 40 pour cent des chômeurs sont sans travail depuis six mois ou plus, un taux bien plus élevé que lors de n’importe quelle récession depuis la Seconde guerre mondiale, comme l’a relevé le président de la Réserve fédérale américaine, Ben Bernanke.

Ce chômage de longue durée a des répercussions profondément destructrices sur les vies de ceux qui le subissent. Nous le savons grâce à une série d’études détaillées conduites au pire moment de la Grande dépression des années 1930.

La plus connue de ces études, portant sur le chômage de longue durée à New Haven, Connecticut, a été menée par E. Wight Bakke, un étudiant diplômé et ensuite devenu professeur d’économie de l’université de Yale. Au moyen d’interviews des personnes participant à l’étude, de leur emploi du temps, d’observations personnelles et d’enquêtes longitudinales, Bakke a démontré comment de longues périodes de chômage entraînent une dégradation des compétences des salariés et altèrent leurs capacités à en acquérir de nouvelles. Les chômeurs de longue durée souffrent également de plusieurs problèmes physiques et psychologiques, dont le découragement, l’apathie et un sentiment de marginalisation sociale.

Pour ceux qui ont le malheur d’en faire l’expérience, le chômage de longue durée – aujourd’hui, comme dans les années 1930 – est une tragédie. Et pour l’ensemble de la société, les capacités productives d’une proportion considérable de la main d’œuvre risquent d’être amoindries.