Margaret Scott

Berlusconi, le sexe et le lit de Poutine

ROME – Les exploits politiques et sexuels du Premier ministre italien Silvio Berlusconi font la une des journaux du monde entier et pas seulement de la presse à sensation. Ces histoires ne seraient que drôles – ce qu’elles sont sans l’ombre d’un doute – si elles n’étaient si nuisibles à l’image de l’Italie et si révélatrices de l’immobilisme politique du pays.

Malgré les scandales récurrents, « Il Silvio Nazionale » reste de loin le politicien italien le plus populaire (bien que sa côte de popularité soit maintenant tombée sous la barre des 50 pour cent pour la première fois depuis qu’il est revenu au pouvoir en 2008).

L’une des raisons de la longévité politique de Berlusconi malgré ses nombreux faux-pas est d’ordre culturel. Comme les autres sociétés latines ou méditerranéennes avec une forte tradition catholique, la société italienne a depuis longtemps appris à accepter sereinement l’idée d’une double vie, avec d’un côté un attachement déclaré aux valeurs familiales et de l’Église, et de l’autre, une autre vie, souvent vécue ouvertement et composée de maîtresses et d’autres connexions « douteuses ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/gR4eVSE/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.